La médiation numérique et les archives : entre autonomie et prescription - Naoned

La médiation numérique et les archives : entre autonomie et prescription

Pendant le Forum des archivistes 2013, nous avons pu intervenir sur différents sujets. Parmi ceux là, « La médiation numérique et les archives : entre autonomie et prescription ». Voici le résumé de cette intervention. 

Résume

Les nouvelles technologies numériques d’information et de communication conduisent les services d’archives à développer de nouvelles médiations, pour tisser des relations avec leurs publics. Ces technologies font du reste désormais partie des critères de performance dans un contexte politique de valorisation du patrimoine.

La  médiation sur les réseaux numériques mène à une situation ambivalente, où s’affrontent deux logiques, celle de l’autonomie des usagers-visiteurs et celle de la prescription des médiateurs.

En effet, les scénarios, les fonctionnalités, le design et l’ergonomie des dispositifs interactifs mis en œuvre marquent une ambition d’autonomisation de l’accès au patrimoine. Aussi, les publics dotés d’une compétence technique multimédia aiguisent leur volonté d’intervenir dans le processus de médiation. De fait, la mise en relation, qui demande un investissement de la part de l’institution en terme d’interactivité, est synonyme de rapprochement, pris en charge par la technique, et dans le même temps, crée les conditions d’une mise à distance.

Que font les archivistes – médiateurs numériques de cette ambivalence ? Comment peuvent-ils composer avec une mission de diffusion et des propositions de participation en direction de leurs publics ?

Déroulement de la conférence

L’atelier s’est déroulé en trois temps fort :

  1. Une introduction sur la notion de médiation numérique et du rôle des médiateurs dans le monde patrimonial (environ 10 min par Antoine Courtin)
  2. Retours d’expérience : outils déployés, atouts et limites des médiations numériques (environ 15 min par intervenant : Edouard Bouyé, Alain Talon, Arnaud Willay)
  3. Table ronde animée par Alexis Moisdon et Antoine Courtin à propos des nouveaux défis pour les services d’archives en terme de médiation numérique.

Quelques pistes de réflexions, à titre d’exemples, qui ont été traitées durant la table ronde :

  • Dispositifs in-situ vs Dispositifs hors-les-murs (en situation de mobilité)
  • Accompagnement sur l’utilisation des outils numérique en salle
  • Les salles d’archive qui se vident ?
  • Le rôle des services d’archives dans le mouvement actuel de l’Open Data (contrôle de la mise à disposition des données, des liens avec leurs propres offres de services numériques, etc…)
  • Projets mutualisés de médiation patrimoniales : relations avec les autres institutions ? Projet à l’échelle régional, national et européen ?
  • Offrir une nouvelle visibilité des archives via de nouveaux canaux : monde de l’industrie audio-visuelle, du  tourisme ?
Partagez
0 commentaire(s) on La médiation numérique et les archives : entre autonomie et prescription

Post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *